• Textes, Haïkus

    Textes et Haïkus: "Couleurs femmes"

         Dis toi bien  Marion

    C'était Fanchon, c'était Lison

    C'étaient nos mères

    Pas vraiment sorcières

    Fanchon,Lison

    Mais brûlées vives.

    Enfermées au gynécée

    ou au sérail

    Comme bétail

    Pauvre Lison, pauvre Fanchon!

    Partout esclaves : droit de cuissage

    Servant au Maître ses repas

    Avec au ventre forcé un enfant

    Pauvre maman,pauvre Lison

    Pauvre putain, pauvre Fanchon:

    Servante-épouse souvent voilée

    Partout violée

    Faut rigoler  : pas même nubiles

    Faut qu'ils jubilent!

    Et partout violentée

    Et parfois répudiée;

    Liée à chair par le propriétaire

    N'ayant que le droit de se taire

    Taillable et corvéable à chaque jour et à chaque heure

    Pauvre Lison, pauvre Fanchon!

    Ignorante, éplorée, orante

    On l'utilise à l'aise

    Si elle se rebiffe

    On la biffe d'un trait

    D'un coup, à coup de coups

    Ou de couteaux

    La voici faiseuse d'anges

    On la traîne dans la fange

    On la fait croupir en prison

    Pauvre Fanchon,pauvre Lison

    Cette femme c'est ta mère Marion

    Et aujourd'hui ta sœur.

    Ici on la vend, là on l'excise

    Ici on la droguet là on l'expose

    Nue, écorchée

    Sans âme

    Pauvre machine à sous

    Pauvre turbine à genoux

    Pauvre Fanchon,pauvre Lison!

    Quand la flamme de sa

    Vie  vacille

    Dis toi bien Marion

    Que c'est la flamme de ta vie qui vacille,

    Qui vacille avec Fanchon

    Qui vacille avec Lison.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Christiane Reynard

     

     

     

    Treize ans : premier sang

    Par la suite accouchements

    Couleur feu: la femme.

    <o:p> </o:p>

    Petit papillon

    Flamme vive, fleur des champs

    Trop vite cueillie. Christiane

     

    <o:p> </o:p>

    Quelques pas de danse<o:p></o:p>

    La jupe tourne et virevolte<o:p></o:p>

    Instants colorés. Marie<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Femmes, je vous aime<o:p></o:p>

    Femmes,  je ne vous aime pas<o:p></o:p>

    Qui aimer alors ? Marie-Jeanne<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Cris, larmes, sourire<o:p></o:p>

    Naissance du premier né<o:p></o:p>

    La lignée sauvée<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Femme blanche, pure,<o:p></o:p>

    Femme rouge, colère<o:p></o:p>

    Femmes jaune, soleil. Lyliane<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Talon aiguille<o:p></o:p>

    Voilette, collier de perles<o:p></o:p>

    Féminitude.  Margarita

    <o:p> </o:p>

     Fleur au cœur sonnant<o:p></o:p>

    Sa douce féminité <o:p></o:p>

    En toutes couleurs .Sy<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p>

    Frou-frou qui danse<o:p></o:p>

    Dans le vent, jolie femme<o:p></o:p>

    Aux yeux de feu<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Belle fleur noire<o:p></o:p>

    Aux lèvres rougeoyantes<o:p></o:p>

    Sourit à la vie. Eveline<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p>

    Rafales de bisous<o:p></o:p>

    Vent d’amour force infinie<o:p></o:p>

    Sirocco du cœur<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les lèvres rouges d’amour<o:p></o:p>

    Le cœur plein d’enluminures<o:p></o:p>

    Elle donne sans compter<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Senteur vanillée<o:p></o:p>

    Des femmes chantant sans cesse leur <o:p></o:p>

    Mélodie d’amour<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La douceur d’aimer<o:p></o:p>

    Toujours la force d’avancer<o:p></o:p>

    Le sourire au cœur. Catherine <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ô, femme reine
    Reine de la gaffe
    Tu m'accompagnes.

    Lundi! une femme
    Dit est ce que Sa te di ?
    Samedi, lui dis-je. Paul

     

    Collier de femmes

    Don, tendresse et amour

    autour d'un homme

     

    Lune et soleil

    Ombres et lumières

    femme secrète. M


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :