• Humeur Rouge

               Humeur saignante

    <o:p> </o:p>

    Mademoiselle Ermeline était rouge de colère. Son chef de service venait encore de lui refuser l’augmentation qu’elle réclame depuis maintenant plusieurs années. Elle avait pourtant été patiente en laissant s’écouler quasiment 9 mois depuis sa dernière demande. Neuf mois… le temps d’une gestation… Bon, apparemment la graine d’humanité n’a pas réussi à germer dans le cœur de Môssieur ! Quand comprendrait-il, ce demeuré, qu’elle n’arrivait plus à joindre les deux bouts ? ! Elle était dans le rouge depuis plus de deux ans, et devenait réellement à cours d’arguments face à son banquier qui la harcelait régulièrement.<o:p></o:p>

    Quand pourrait-elle offrir à son fils de vraies vacances ? Un séjour qui changerait un peu des deux semaines dans la Creuse chez Papy-Mamie. Elle rêvait parfois de pouvoir partir quelques jours à la mer, histoire d’admirer un soleil couchant, tout simplement. Ou de s’offrir un restaurant gastronomique : Nage d’écrevisse sur compotée de betterave pimentée, suivie d’un rouget poché sur papeton de tomates à l’ancienne, et pour finir, un feuilleté de cerise et son coulis aux pétales de coquelicots. Huuummm… Elle en a soupé du va-et-vient pâte / pomme de terre ! Même en variant les préparations, ça reste d’un ordinaire !<o:p></o:p>

    Allez, il fallait qu’elle se ressaisisse ! Ne pas se laisser aller. Jamais. Sortir de cette sensation cramoisie. Respirer à fond. Se redresser et reprendre le cours des choses. Regagner son poste de travail tête haute, un petit coucou enjoué en passant devant le bureau vitré de Solange. Surtout faire comme si tout allait bien…<o:p></o:p>

    Et puis NON ! STOP ! Marre de faire semblant ! Marre de rentrer sa rage ! Le drapeau rouge est sorti. Mer agitée. Il allait voir Môssieur le chef de sévices, de quel bois elle se chauffe. Elle allait faire craquer sa corde de bienséance pour tirer à boulets rouges sur ce crétin. Elle le bombarderait dès demain de tomates pourries récoltées en fin de marché jusqu’à ce qu’il baigne dans un bain de coulis puant. Elle lui ferait payer son solde de tous comptes rubis sur l’ongle, puise elle le lacérerait de ses longues griffes carmin pour que le bureau de son bourreau se mute en une piscine vampirique. Non mais !

                                                                   

    Cette année pour Noël

    Je vais m’la jouer rebelle

    Obligation d’voir la famille

    Moi j’ai les nerfs qui s‘entortillent

    Marre du gigot

    Et du gavage de cadeaux

    Je fuis les conventions

    J’ai soif d’innovation

    Cuvée deux mille dix

    Noël se fait plus lisse

    J’organise une grande loterie

    Partage sans filouterie

    J’cuisine tout bon - tout simple

    Et je régale sans crainte

    Les diamants j’les veux dans les yeux

    De tous les malhuereux

    Ma monnaie préférée

    Est celle des sourires non formatés

    Ceux qui viennent tout droit du cœur

    Sans tenir compte des valeurs

    Ensemble ouvrons les perspectives

    Et qui m’aime me suive

    Sur ce radeau philantropique

    Que je brûle de rendre public

    Allez, j’me lance, l’idée fera des p’tits

    C’est mon affaire, j’en fait l’pari

     Catherine Le Roy

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :